Garibaldi à Alassio

par JMS
Garibaldi à Alassio

Garibaldi à Alassio est une histoire qui raconte le séjour pour des raisons de santé du père de la nation italienne dans cette ville de la côte ligure.

” Garibaldi, en quittant Milan, s’est rendu à Alassio en Ligurie

Le général, qui ne pouvait plus supporter le climat de Caprera, a accepté l’offre d’un de ses amis et s’est installé avec sa famille, dans une belle villa, situee au bord de la mer, à un kilomètre environ d’Alassio.

En arrivant devant la grille du jardin qui entoure la villa, nous montrâmes au gardien nos cartes d’introduction, et franchissant un perron de trois marches, nous pénétrâmes dans l’intérieur.

Repos à Alassio

Dona Francesca, la femme du général, nous reçut gracieusement et nous permit de voir son mari, à la condition que la visite serait courte et que nous le ferions parler le moins possible.

Du matin au soir des milliers de personnes assiègent les grilles de la villa en demandant la même faveur.

La chambre de Garibaldi est au premier étage, avec deux fenêtres ayant vue sur la mer.

Le général à demi couché sur son lit porte le costume quo la photographie a popularisé. Une toque sur la tête et sa légendaire chemise rouge.

Il tenait entre ses mains crispées un éventail de papier servant à chasser les mouches.

Garibaldi au repos

Sa figure n’a pas trop changé: les yeux ont une vivacité extrême, le teint est assez frais, les cheveux blancs, dont quelques-uns sont restés blonds ; sa barbe, poivre et sel.

Quand on voit cette figure si énergique et si vigoureuse encore, on ne peut croire que le reste du corps soit paralysé. Et cependant, le général a perdu complétement l’usage de ses – jambes et ses mains sont nouées.

Nous lui dîmes alors que nous étions venus le saluer et lui souhaiter un prompt rétablissement. Il nous en remercia.

L’entrevue était terminée. Nous remerciâmes Dona Francesca, qui nous tendit la main.

Au moment où nous franchissions la grille du jardin, la foule se précipita pour nous demander des nouvelles.

Le général a soixante-quatorze ans, mais ceux qui l’entourent espèrent beaucoup que le changement de climat aura une salutaire influence sur son état de santé.” 

Garibaldi à Alassio est un reportage tiré du journal “La Dépêche” du 23 novembre 1880.

AUTRES ARTICLES