Agression de Keith Richards à Beaulieu

par JMS
Keith Richards, guitariste des Rolling Stones

Une agression du guitariste des Rolling Stones, Keith Richards, a eu lieu à Beaulieu. Attaqué par deux pêcheurs, il les a mis hors d’état de nuire. Avec l’aide d’un ami, comme il le raconte dans ses mémoires.

Agression sur le port de Beaulieu

” On était descendus dans ma Jaguar E avec Marlon, mon fils, et Spanish Tony, un ami. Et on venait à peine de se garer lorsque deux types qui avaient l’air d’employés du port nous ont dit que c’était interdit.

L’un deux s’est approché et nous a fait signe de les suivre dans son bureau.

Tony et moi , on est sortis de la voiture. je me disais qu’il y en avait pour une ou deux minutes.

Tony a tout de suite compris. Pas moi. Deux pêcheurs français, des hommes d’âge mûr.

L’un nous tournait le dos. Il a fermé la porte à clé et Tony m’a regardé.

Il n’a dit qu’une chose : “Couvre-moi.”

Keith Richards se défend contre des pêcheurs

Il est parti comme l’éclair, m’a passé une chaise, est monté sur la table avec une autre chaise et leur est rentré dedans.

Les types avaient un peu trop bu, trop bouffé, il y avait encore des restes sur la table.

J’ai marché sur le cou de l’un d’eux pendant que Tony réglait son compte à l’autre. Ensuite, Tony est revenu finir le mien, qui faisait dans son froc de peur. Ce qui n’a pas empêché Tony de lui en mettre un dernier.

“Allez, on se casse.” Il a enfoncé la porte d’un coup de pied, c’était fini en l’espace de quelques secondes.

Et les autres gémissaient sur le sol, du vin rouge partout, les meubles en morceaux.

Le dernier truc auquel ils s’attendaient , c’était de se faire agresser-c’était des baraques, ces marins, pas le genre à prendre des gants. Et ils avaient décidé de se marrer, de nous mettre quelques torgnoles en passant.

Histoire de rigoler avec les chevelus.”

Cette agression de Keith Richards à Beaulieu, en 1971, a eu des suites judiciaires. Mais comme le dit le guitariste des Rolling Stones , au vu des faits, “les accusations se sont évaporées subitement, comme par miracle.” Cela a dû le rendre heureux.

Extrait du livre Life de Keith Richards aux Editions Robert Laffon.

AUTRES ARTICLES

error: Le contenu est protégé
Aenean mi, dolor. Praesent Praesent Phasellus Donec