Les dommages du Pont-Vieux à Nice

par JMS
Les dommages du Pont-Vieux à Nice

Les dommages du Pont-Vieux à Nice raconte l’histoire de cet ouvrage qui a subi de nombreuses avanies avec le temps.

“Détruit à maintes reprises par le canon ou les eaux en furie, le Pont-Vieux dût être plusieurs fois reconstruit, ou tout au moins réparé.

Emporté une première fois, le 9 octobre 1530, par les eaux du Paillon, son ennemi, il fut rebâti, l’année d’après, à l’aide d’une cotisation volontaire des habitants et placé, dès ce jour, sous l’invocation de Saint-Antoine.

En 1543, en 1565 et en 1706, après la guerre de la succession, il eut à subir de nouvelles avaries et de nouvelles réparations.

Ses arches furent refaites les unes après les autres ; la double pente rapide qui en rendait l’accès pénible a été aplanie ; enfin, on a fait disparaître, en 1744, la porte fortifiée établie sur la première arche, du côté des remparts.

La porte Saint-Antoine, qui établissait la communication entre les remparts et la vieille ville de Nice, a été démolie vers 1880 et remplacée par un large escalier.

Quant à la porte elle-même, elle a été reconstituée, au Château, à l’entrée du souterrain qui aboutit à la plate-forme de la Cascade. “

Cette histoire qui raconte Les dommages du Pont-Vieux à Nice figure dans le journal ” L’Eclaireur de Nice ” du 4 septembre 1921.

On décide la destruction du Pont-Vieux au début des années 20 pour permettre la couverture du Paillon.

Listen to this article
Listen to
this article
Text to speech by Listencat
Text to speech
by Listencat

AUTRES ARTICLES

error: Alerte: Le contenu est protégé !!