Pas de statue pour Catherine Ségurane à Nice

par JMS
Pas de statue pour Catherine Ségurane à Nice

Pas de statue pour Catherine Ségurane à Nice reprend un texte enflammé qui reproche aux Niçois d’avoir oublié leur héroïne.

« Maintenant, parcourons ensemble les places, les édifices de la ville qui a eu l’honneur de donner le jour à l’héroïne qui chassa l’étranger du sol de la patrie.

Où la trouverons-nous cette magnifique personnification de l’honneur national vengé ?

Où est le rude et mâle visage de Catherine Ségurane ?

Cherchons… Vous ne le verrez nulle part, « si ce n’est peut-être dans une méchante toile conservée à l’hôtel de ville…

Habitants de Nice, vos pères étaient des héros, vos filles, vos femmes, des héroïnes ; et vous n’avez rien fait pour recommander leur mémoire à la postérité….

Cependant, l’exemple de ceux qui ont bien mérité de la patrie est utile.

Cet exemple recommande impérieusement les vertus civiques.

Quoi ! Cette admirable personnification de la vertu populaire incarnée dans ce qu’il y a de plus élevé, de plus grand aux yeux de Dieu, une sainte femme du peuple délivrant son pays laisse indifférents vos peintres, vos poètes, vos statuaires.

Il faut chercher dans la poussière de vos archives une image que vous devriez porter sur vos drapeaux !

Qu’importe le beau soleil qui vous éclaire, si vous n’en avez conservé un seul rayon dans vos cœurs pour y réchauffer le plus sacré des amours, l’amour de la patrie ! »

Pas de statue pour Catherine Ségurane est un texte tiré du livre « Nice ancienne et moderne » de Mme Rattazzi, pseudonyme de Marie-Laetitia Bonaparte-Wyse, publié en 1868.

AUTRES ARTICLES

error: Le contenu est protégé
Praesent mattis quis, sit Nullam Phasellus facilisis tristique libero