Pêche du loup à Juan-les-Pins

par JMS
Pêche du loup à Juan-les-Pins

Pêche du loup à Juan-les-Pins rappelle des techniques anciennes pour capturer des poissons ou crustacés de la Méditerranée.

“Le mistral gémissait toujours avec force et agitait le golfe.

Nous nous arrêtâmes, à Juan-les- Pins, dans une petite calanque bien abritée, où étaient amarrées quelques barques, pour la pêche au fasquier.

Sur l’arrière du bateau se dresse une haute tringle qui supporte un panier de fer, garni de branches résineuses.

On emploie ces tèo (la partie la plus résineuse du pin, entre le coeur et l’écorce) pour la pêche du loup.

Quand le poisson est attiré vers la lumière, on le pique avec un trident, la fichouiro.

D’autres barques débordent de paniers, c’est le jambin qui sert à prendre les langoustes, c’est la nànsi pour le peî blanc et autres gros poissons qui ne sont pas de bouillabaisse.

Un fragment classique de la pêche provençale est là, dans cette crique basse, où l’eau vient baigner les racines des pins, échevelées sur le granit couleur de sang.”


Pêche du loup à Juan-les-Pins contient des descriptions qui datent de …1894. Elles apparaissent dans le livre “La Terre provençale” de Paul Mariéton.

Et pour finir, une recette de loup au four.

AUTRES ARTICLES