Les habitants de Menton sont des rustres !

par JMS
Les habitants de Menton sont des rustres

Les habitants de Menton sont des rustres est une histoire qui raconte la mauvaise expérience de touristes dans cette ville.

Les Mentonnais sont rustres


” Ce qui manque surtout au bourgeois mentonnais, c’est un peu d’amabilité.


Il essayerait peut-être en vain d’être distingué, mais il pourrait tenter d’être plus poli.


Pareil effort lui semble, en effet, inutile.


Ces étrangers auxquels il doit la plus grande partie de sa fortune, il affecte envers eux un dédain parfois grossier.


Rarement, quand il les connaît, il leur adresse la parole à la promenade ou dans un salon; jamais il ne les salue.


Au Casino, il s’adresse à l’un de ses concitoyens, dans son horrible patois, que nul ne peut comprendre au delà des limites de l’octroi municipal. Tant pis alors pour les Français, les Italiens et les Anglais qui sont autour de lui.


Ensuite, il ne sait pas s’écarter sur un trottoir ou dans un escalier pour laisser le passage libre à un malade, à une femme, à un vieillard. C’est une politesse qu’il n’aura jamais à se reprocher le soir en faisant son examen de conscience.


Du reste, il est aussi économe de sa fortune que de son esprit, s’il en a, ce que je me plais à croire sans preuves, et d’autant plus heureux qu’il travaille moins.

Les Mentonnaises sont aimables


On s’étonne d’ailleurs, m’écrit Mme Z* que leurs femmes, si fines et si gracieuses, ne les aient pas policés, et on ne peut s’empêcher de plaindre un peu les Mentonnaises.


Or, ces pauvres Mentonnaises sont presque toutes, ajoute ma spirituelle correspondante, aimables, distinguées, bienveillantes, et cachent un peu d’ignorance sous beaucoup de grâce et de gentillesse.


Et si leurs époux, paresseux et avares, ne dépensent jamais quinze centimes pour acheter et lire un journal, elles savent donner en abondance les belles fleurs de leurs parterres, les oranges et les citrons de leurs jardins.


Elles reçoivent toujours les étrangers avec une bonté charmante. Elles se montrent pleines de cœur pour les pauvres malades qui viennent chercher la santé à Menton, et laissent les plus agréables souvenirs à tous ceux qui ont le bonheur de les connaître. “


Les habitants de Menton sont des rustres provient du livre “Le tour du monde” d’Edouard Charton, publié en… 1874. Depuis, bien sûr, les Mentonnais sont devenus aussi agréables que les Mentonnaises.

Listen to this article
Listen to
this article
Text to speech by Listencat
Text to speech
by Listencat

AUTRES ARTICLES

error: Alerte: Le contenu est protégé !!